Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Aller au contenu principal
We strive to make our website accessible and enjoyable for all users, however if there is informations you cannot easily access, please call a Salomon customer service agent at customer-phone-number or contact us through the contact form
Tips

Trouvez des produits et tous nos conseils pour votre pratique

Chez Salomon, en tant que coureurs passionnés, nous nous posons les questions suivantes :

Pourquoi aimons-nous autant courir ? Pourquoi aimons-nous arpenter le bitume pendant des heures sur les mêmes routes ? Pourquoi aimons-nous repousser nos limites sur 10, 20 ou encore 50 kilomètres ? Pourquoi prenons-nous la peine de slalomer entre les gens sur le trottoir pour rentrer chez nous après une séance de running pluvieuse ?

Vous seul connaissez la réponse.

Alors que les jours s’allongent, que les températures remontent et que vos chaussures de running vous appellent, regardez la vidéo ci-dessous si vous avez besoin d’inspiration. N’oubliez pas de reprendre la lecture après avoir visionné la vidéo pour savoir pourquoi les athlètes Salomon aiment tant courir.

Le running provoque de nombreuses émotions, des premières foulées d’échauffement à la séance d’étirement après la course (si vous avez le réflexe de vous étirer). Et une bonne course peut susciter autant d’émotions qu’une journée entière. L’excitation du départ. Le calme qui vous permet de mettre un pied devant l’autre. La lutte qui vous fait repousser vos limites physiques. Et, finalement, le soulagement, la gratification et le bonheur d’en avoir fini. D’autres recherchent simplement ce sentiment d’accomplissement que l’on ressent en finissant une course dans le temps escompté.

Nous avons demandé aux athlètes running Salomon les émotions qu’ils éprouvent lors d’une course. Selon Thibaut BARONIAN, ces émotions peuvent être aussi négatives que géniales : « Je ressens beaucoup de choses ! De l’euphorie totale à la douleur profonde, mais je ressens surtout un certain bien-être quand je soumets mon corps à une activité intense. » Eli-Anne DVERGSDAL partage le même avis : « De nombreuses pensées me traversent l’esprit quand je cours. Parfois, je suis fatiguée, d’autres fois, je sens que mon corps a envie de bouger, qu’il peut aller plus loin et plus vite. Mais à chaque fois, je suis tellement contente de courir, que je sois fatiguée ou en pleine forme. » Pour Davide MAGNINI, jeune coureur vainqueur du Marathon du Mont-Blanc et de la Dolomyths Run en 2019, courir est une façon de s’améliorer : « Après avoir couru, je me sens comblé et totalement revitalisé, aussi bien physiquement que mentalement. J’ai une image de moi plus forte et plus positive, le stress s’en va et mon humeur s’envole ».